Il se trouve là où quelque chose ne se trouve pas. Il est rempli de mystère mais n’est pas vide de sens. Souvent sombre et rond, il se dessine par la matière autour de lui. Le trou, élément inévitable est partout. Qu’il soit naturel ou artificiel il est toujours là pour une bonne raison. Par une exploration des sensations j’ai interrogé ce qu’apportent les trous, ce qui les rend beaux. J’ai creusé, percé, foré, moulé, façonné, étiré des centaines et des centaines de trous pour mieux en comprendre l’essence, jusqu’à me perdre dans un sujet sans fond !

Bois, plâtre, terre, aluminium, papier, 2019.
 











De la naissance à la mort du trou, PMMA, 2019.




 

Du tube au trou, plaster, 2019.



Les trous adorent traverser la matière, kraft paper, 2019.




Déformation et effondrement d’un trou par gravité, clay, 2019..


Différence de perception entre un trou inscrit dans un cylindre ou un cube, plaster, 2019.



Quand la forme s’adapte au trou, linden wood, 2019.





Activation instinctive d’un trou, wood, 2019.




Rencontre entre un trou et une surface, beech wood, 2019




Un trou dans un trou dans un trou, plaster, 2019..




Les trous sont plutôt ronds et se comportent souvent de la même manière, clay, paper and aluminium, 2019.




Allègement par le trou, oak wood, 2019.




Ballade à quatre trous, paper, 2019.





Par modestie, les trous se cachent souvent dans les assemblages, beech wood, 2019.




L’importance du bord du trou, beech wood, 2019.




Ouvertures par rencontre de plans inclinés, mapple wood, 2019.




Trou par construction géométrique, beech wood, 2019.




L’importance de l’épaisseur du trou, plywood, 2019.




Grilles de trous interdépendantes dessinées avec rigueur et sentiment, paper, 2019.





Rencontre entre un trou et un volume, plaster, 2019.